Facebook lance un plan pour soutenir le don d’organes

Facebook lance un plan pour soutenir le don d’organes

L’actualité de Facebook est décidément très chargée en ce début 2012 : entre le rachat d’Instagram, l’entrée en bourse prévue pour les prochaines semaines, le rachat de brevets à Microsoft et le projet de Facebook Phone, c’est dans un tout autre registre que Mark Zuckerberg vient de prendre position : le don d’organes, et le soutien de Facebook qui va permettre aux américains de publier leur souhait ou non de devenir donneurs.

Autrement dit, les américains vont désormais pouvoir indiquer, à côté de leurs écoles, de leur statut sentimental, s’ils souhaitent ou non devenir donneurs d’organes en cas de décès.

Zuckerberg soutient le don d'organes

« 114.000 personnes aux Etats-Unis, et des millions d’autres à travers le monde sont dans l’attente d’un coeur, d’un rein ou d’un foie qui leur sauvera la vie » a indiqué Mark Zuckerberg.

Facebook pourrait bien devenir un allié de poids pour les médecins et urgentistes qui se battent au quotidien pour trouver des organes : 7000 personnes meurent en effet chaque année aux USA faute d’un manque d’organes. Facebook, pour enrayer ce phénomène, devrait convaincre 0,004% de ses utilisateurs américains d’indiquer qu’ils souhaitent donner leurs organes.

Facebook, comptant près de 161 millions d’utilisateurs aux USA, va donc lancer un plan dans les prochains jours, visant à permettre à ces utilisateurs d’indiquer leur préférence en matière de don d’organes, et de la rendre publique. Ainsi, cette information du défunt pourrait faciliter les démarches des médecins auprès des familles de victimes, améliorant par la même occasion l’efficacité et la rapidité des formalités nécessaires avant le prélèvement des organes.

C’est donc dans un tout autre contexte que Facebook s’est démarqué, laissant de côté pour quelques instants ses préoccupations capitalistes afin d’aider une cause importante aux yeux de son fondateur, et pouvant sauver des vies. Cette démarche est très intéressante, et démontre encore une fois la puissance de « l’outil Facebook » lorsqu’il est utilisé de manière intelligente !

Source : New York Times

Leave a comment to this post Required fields are marked *